Interprétation simultanée à distance (RSI) Remote Simultaneous Interpretation

5 Situations d’interprétation de conférence

5 Situations d’interprétation de conférence

Lorsque nous pensons aux réunions internationales, voici ce qui nous vient en tête : les interprètes installés dans des cabines insonorisées, munis d’un casque et d’un micro, qui traduisent en temps réel les paroles des participants. 

Mais les interprètes doivent parfois effectuer leur travail dans d’autres situations, par exemple, aux côtés des participants, sans matériel technique autre qu’un calepin et un crayon. C’est ce que l’on appelle l’interprétation consécutive. Dans certaines conditions, l’interprète peut utiliser des « bidules », un système de casques récepteurs et d’un micro-émetteur. C’est une variante de l’interprétation simultanée, avec un équipement léger, utilisé aussi bien en salle qu’en visite de sites.

Dans cet article, nous allons vous lister 5 situations d’interprétation auxquelles vous pourrez être confrontés, avec une description sommaire qui vous aidera à comprendre ce métier exigeant. 

1. L’interprétation de liaison sans matériel technique

Le premier cas c’est les visites de sites ou d’installations. L’interprétation s’effectue phrase après phrase et l’interprète reste assez libre car il a la possibilité de reformuler les questions et les réponses, afin d’apporter plus de précisions dans sa réponse. 

2. L’interprétation simultanée chuchotée 

La deuxième situation est celle de l’interprétation simultanée chuchotée. L’interprète se positionne en retrait, à côté d’un des participants, d’où il peut chuchoter pour traduire les paroles énoncées au cours des échanges, afin que les autres intervenants ne soient pas dérangés par des coupures intempestives. 

Le chuchotage est donc une méthode d’interprétation simultanée. Elle ne nécessite pas de matériel d’interprétation. Cependant, cela peut être un exercice fatiguant pour les interprètes car chuchoter pendant un long moment est usant pour les cordes vocales

Cette méthode d’interprétation peut aussi être mise à mal du fait de bruits perturbants la réunion, venant de l’intérieur, comme la ventilation ou à l’extérieur, telle que la pluie ou d’éventuels travaux qui rendent l’écoute difficile.

En outre, dans cette configuration, le décalage pour maintenir une distance optimale avec le discours original peut donner lieu à ce que l’on appelle un “spam d’oreille vocale” entre le moment où l’orateur commence à parler et le moment où l’interprète entame la traduction de ses mots. Plus cet écart est grand, plus l’interprète doit retenir des éléments du discours dans sa mémoire à court terme car il écoute et traite l’information en même temps qu’il interprète. Cela demande un énorme travail de concentration.

De manière opposée, si l’écart entre ces deux moments est trop court, l’interprète peut involontairement modifier la grammaire, la syntaxe et l’idée originale de l’orateur ; d’où l’importance pour l’interprète de trouver la distance optimale d’interprétation, qui commence à peu près 2 à 3 secondes après le début du discours. 

3. L’interprétation consécutive dans un contexte diplomatique

Passons maintenant à la troisième situation, caractérisée par une conférence internationale, comme lors de la conférence de Paris de 1919, qui constitue le premier événement au cours duquel on a pris conscience du besoin important en interprétation professionnelle. A cette occasion, c’est la consécutive longue qui a été la méthode d’interprétation privilégiée. En effet, les technologies n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui, c’est le moins qu’on puisse dire. On privilégiait donc la prise de notes, et on faisait appel à des interprètes qui apprenaient leur métier « sur le tas ». 

En ce sens, les interprètes prennent des notes pendant le temps de prise de parole de l’orateur. Ensuite, la restitution est décalée puisque l’orateur s’arrête pour laisser place à l’interprétation, qui se base sur la prise de notes, avant de laisser l’orateur reprendre son discours. 

Cette interprétation nécessite un seul interprète qui mobilise toute son attention dans une prise de notes claire et précise, pour retranscrire à la fois les mots de l’orateur, mais aussi l’essence du discours, la tonalité et la conclusion de la prise de parole.

Cette méthode d’interprétation ne nécessite pas de matériel d’interprétation technique. Cependant, il faut noter que le temps d’intervention est doublé puisqu’il faut attendre que l’interprète s’exprime dans une durée à peu près équivalente à celle de la prise de parole originale.

4. L’interprétation simultanée sur plateforme digitale

Le mode d’interprétation le plus répandu fait appel à des éléments techniques tels que les « bidules » (casques récepteurs et micro-émetteur) ou des systèmes plus sophistiqués qui incluent une régie d’interprétation avec un technicien et des cabines insonorisées où se trouvent les interprètes. Or, ce dispositif vient de subir une modification profonde pour s’ajuster à des besoins de visioconférence qui font possible des réunions multilingues avec des participants aux quatre coins du monde.  

De nos jours, vous devez davantage être amené(e) à expérimenter cette quatrième situation, du fait de la consolidation des outils numériques, de la multiplication des systèmes de visioconférence et la limitation des déplacements. Par conséquent, les échanges entre les différents points qui relient les grandes entreprises dans le monde sont maintenus grâce à l’organisation de réunions internationales ou de conférences en ligne qui permettent aux représentants de différents pays de continuer à échanger.

Les services d’interprétation multilingue révolutionnent les réunions en ligne et permettent de traduire en temps réel toutes les langues, de sorte à gommer non plus la seule distance physique entre les personnes parlant une même langue, mais également la barrière linguistique. Ainsi, des personnes ne parlant pas une langue commune peuvent néanmoins communiquer entre elles.

Cette prouesse est permise grâce à une technologie d’interprétation à distance sophistiquée, couplée au travail d’interprètes professionnelles disponibles les 24 heures, partout. Au cours d’une réunion à distance, une cabine virtuelle est disposée afin que les interprètes puissent interpréter les propos échangés. Cela permet à la réunion de suivre son cours de manière transparente pour les participants, qui n’ont pas à se soucier de ce qui se joue au niveau technique, en coulisses. Ils peuvent également avoir un tchat textuel à disposition pour pouvoir s’exprimer à la fois à l’écrit et à l’oral.

Pour éviter une fatigue excessive et une interprétation qui pourrait se dégrader, il est indispensable de mobiliser deux interprètes sur un événement, afin de leur permettre de se relayer toutes les 30 minutes. 

En effet, l’interprétation simultanée permet une plus grande fluidité des échanges, il faut donc veiller à conserver cette aisance de communication en prenant soin des interprètes qui veillent à la traduction optimale des interventions, au cours des réunions et conférences ayant lieu en ligne.

5. L’interprétation simultanée dans des contextes hybrides

Lors d’événements ou de salons internationaux, l’interprétation simultanée relie l’événement présentiel et les acteurs distants, ce qui concourt au succès de votre présentation. Il va de soi que plusieurs dispositifs différents peuvent être mis en place. Ici nous allons faire mention du système nécessaire aux contextes hybrides, dans lequel un système d’interprétation physique est relié à un système numérique afin de permettre l’interaction avec des acteurs distants.

Dans ce cadre, si vous souhaitez planifier un salon, un séminaire ou encore un congrès, vous avez la possibilité d’organiser un événement hybride afin de garantir l’interconnexion du système physique et des acteurs distants. Ainsi, les casques et les micros sont à disposition des participants présents dans l’espace de votre choix tout en assurant la qualité des connexions reliées à la plateforme digitale. Ces installations permettent de créer un événement global qui inclut également des participants distants de manière équitable.

En ce sens, il n’y a pas d’obligation d’être sur place ou à distance, puisque l’on peut connecter des participants en salle avec d’autres à distance, peu importe qu’ils soient connectés via un PC ou un smartphone. Le but est de faciliter la connexion à chaque participant en effectuant le moins de manipulations possibles, où qu’ils se trouvent

En résumé

On est passé de l’art d’utiliser la méthode d’interprétation consécutive avec une prise de note, à la possibilité de connecter un grand nombre de personnes, en même temps, sur un événement 100% en ligne, en à peine quelques années.

Le progrès technique de l’interprétation simultanée à distance est saisissant et démontre une nouvelle fois la capacité de l’être humain à faire face aux crises économiques et sociales avec une faculté d’adaptation hors du commun.

La pratique des événements hybrides est en train de s’ancrer solidement dans les habitudes du secteur événementiel. Cela permet d’entrevoir une sortie de crise de façon à intégrer la visioconférence dans le développement des entreprises. Les collaborateurs pourront désormais se connecter avec l’outil de travail collaboratif qui leur sied tel que Zoom, Teams ou directement via la solution iBridge People. Ce dernier permet à chacun d’entrer dans une salle de réunion virtuelle afin d’écouter dans sa propre langue et de parler dans toutes les autres.

5 Situations d’interprétation multilingues

Lorsque nous pensons aux réunions internationales, voici ce qui nous vient en tête : les interprètes installés dans des cabines insonorisées, munis d’un casque et d’un micro qui traduisent en temps réel les paroles des participants. 

Mais les interprètes doivent parfois effectuer leur travail dans des situations où ils se trouvent aux côtés des participants, sans matériel technique autre qu’un calepin. C’est ce que l’on appelle l’interprétation consécutive. L’interprétation de liaison en est une variante que l’on pratique parfois en visitant des lieux.

Dans cet article, nous allons vous lister 5 situations d’interprétation auxquelles vous pourrez être confrontés, avec tous nos conseils pour bien vous y préparer. 

  1. Les visites touristiques et échanges informels avec l’interprétation de liaison 

La première situation qui peut être énoncée, afin d’illustrer le propos par un exemple, est celle de suivre un guide polyglotte lors d’une visite de la Basilique Saint-Marc à Venise, en Italie. 

Accompagné(e) d’un groupe de visiteurs étrangers, qui comme vous, sont à la recherche d’informations concernant les faits historiques caractérisant cet espace emblématique, vous voilà embarqué(e) dans la succession d’anecdotes que vous raconte le guide. Certains faits vous échappent alors vous posez toutes vos questions au sujet de la symbolique du lieu et des reliques qui y sont présentées. 

Le guide parle dans la langue universelle qui est l’anglais, que vous comprenez dans les grandes lignes, mais vous posez vos questions dans votre langue maternelle afin que le guide vous réponde dans la même langue, comme il vous a été autorisé de le faire, au risque d’être complètement perdu(e) dans les explications. 

Dans cette configuration, l’interprétation s’effectue donc phrase après phrase, l’interprète est extrêmement libre, il a la possibilité de vous demander de reformuler vos questions plusieurs fois si nécessaire, afin de prendre le temps d’y répondre et d’apporter toutes les précisions dans sa réponse. 

Du temps, vous en avez puisque vous êtes en vacances ! Ainsi l’atmosphère est détendue, propice aux anecdotes et à profiter du moment présent. Il n’y a pas de matériel requis dans cette situation d’interprétation, sauf lorsque cela est expressément demandé par le groupe de visiteurs ou l’organisme organisateur du voyage.

  1. 1 ou 2 participants ne maîtrisent pas la langue de la réunion : l’interprétation se fait en chuchotant

La deuxième situation est celle de l’interprétation simultanée lorsque l’interprète se positionne en retrait, à côté d’un des participants. Il peut chuchoter dans son oreille, pour traduire les paroles énoncées au cours des échanges, afin que les autres intervenants ne soient pas dérangés par des coupures intempestives

Le chuchotage est donc une interprétation qui se pratique en temps réel. Elle ne nécessite pas de matériel d’interprétation. Cependant, cela peut être un type d’interprétation qui est fatiguant pour les interprètes car chuchoter pendant un long moment peut être usant pour les cordes vocales

Cette méthode d’interprétation peut aussi être mise à mal du fait de bruits perturbants l’insonorisation de la pièce venant de l’intérieur, comme la ventilation ou à l’extérieur, telle que la pluie ou d’éventuels travaux.

En outre, dans cette configuration, le décalage pour maintenir une distance optimale avec le discours original peut donner lieu à ce que l’on appelle un “spam d’oreille vocale” entre le moment où l’orateur commence à parler et le moment où l’interprète entame la traduction de ses mots. Plus cet écart est grand, plus l’interprète doit retenir des éléments du discours dans sa mémoire à court terme car il écoute et il traite l’information en même temps qu’il interprète. Cela demande un énorme travail de concentration.

De manière opposée, si l’écart entre ces deux moments est trop court, l’interprète peut involontairement modifier la grammaire, la syntaxe, et l’idée originale de l’orateur ; d’où l’importance pour l’interprète de trouver la distance optimale d’interprétation, qui commence à peu près 2 à 3 secondes après le début du discours. 

  1. L’interprétation consécutive lors des réunions diplomatiques

Passons maintenant à la troisième situation, caractérisée par une conférence internationale, comme lors de la conférence de Paris de 1919 qui constitue le premier événement au cours duquel on a pris conscience du besoin important en interprétation professionnelle sans pour autant avoir de formation dédiée. A cette occasion, c’est la consécutive longue qui a été la méthode d’interprétation privilégiée. En effet, les technologies de l’information n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui, c’est le moins qu’on puisse dire. On privilégiait donc la prise de notes, et on faisait appel à des interprètes qui apprenaient leur métier “sur le tas”. 

En ce sens, les interprètes pratiquent l’interprétation consécutive en prenant des notes pendant le temps de prise de parole de l’orateur. Ensuite, l’intervention de l’interprète se fait en décalé puisque l’orateur s’arrête pour laisser place à la traduction de l’interprète, qui se base sur sa prise de notes, avant de laisser l’orateur reprendre son discours. 

Cette interprétation nécessite un seul interprète qui va mobiliser toute son attention dans la prise de notes suffisamment clairs et précises, à l’aide d’un simple calepin et d’un stylo, pour retranscrire à la fois les mots de l’orateur, mais aussi l’essence du discours, la tonalité et la conclusion de la prise de parole.

Lorsque cette méthode d’interprétation est utilisée, elle ne nécessite pas de matériel d’interprétation. Cependant, il faut noter que la durée de l’intervention est doublée puisqu’il faut attendre que l’interprète s’exprime dans une durée à peu près équivalente à la durée de la prise de parole originale.

  1. L’interprétation simultanée à distance

De nos jours, vous devez davantage être amené(e) à expérimenter la quatrième situation, du fait de la consolidation des outils numériques, de la multiplication des logiciels de visioconférence et la limitation des déplacements. Par conséquent, les échanges entre les différents points qui relient les grandes entreprises dans le monde sont maintenus grâce à l’organisation de réunions mondiales ou de conférences en ligne qui permettent aux représentants de tous les pays de continuer à faire affaire.

Les services d’interprétation multilingue révolutionnent les réunions en ligne et permettent de traduire en temps réel toutes les langues de sorte à gommer non plus uniquement la distance physique entre les personnes d’une même origine, mais également la barrière linguistique mettant plusieurs personnes de langue maternelle différente dans l’incapacité à communiquer entre elles.

Cette fascinante prouesse est permise grâce à une technologie d’interprétation à distance sophistiquée, couplée au travail d’interprètes professionnelles se rendant disponibles H24 à travers le monde entier. Lorsque le système est fonctionnel durant une réunion à distance par exemple, une cabine virtuelle est affrétée afin que les interprètes se connectent en même temps que les participants tout en restant invisibles. Cela permet à la réunion de suivre son cours, sans que les participants ne se rendent compte de ce qui se joue au niveau technique, en coulisses. Ils peuvent également avoir un chat textuel à disposition pour pouvoir s’exprimer à la fois à l’écrit et à l’oral.

Les interprètes sont prompt à la fatigue et au burn out, c’est pourquoi il est important de mobiliser plusieurs interprètes sur un événement digital, afin de leur permettre de se relayer toutes les 30 minutes pour éviter les malaises et les erreurs d’interprétations liées à la fatigue. 

En effet, l’interprétation simultanée permet une plus grande fluidité des échanges, il faut donc veiller à conserver cette aisance de communication en prenant soin des interprètes qui veillent à la traduction optimale des interventions, au cours des réunions et conférences ayant lieu en ligne.

  1. L’interprétation simultanée dans des contextes hybrides

Lors des grands salons internationaux, l’interprétation événementielle consiste à relier la partie physique et la partie distante qui concourt à la réalisation de votre événement.

Dans ce contexte, si vous souhaitez planifier un salon, un séminaire ou encore un congrès, vous avez la possibilité d’organiser un événement hybride afin de garantir la viabilité du système physique, sur site, avec les casques et les micros à disposition des participants présents dans l’espace de votre choix (Palais des Congrès, Espace Champerret, etc.) tout en assurant la qualité des connexions reliées à la plateforme digitale. Ces installations permettent de créer un événement global qui inclut tous les participants de manière équitable.

En ce sens, il n’y a pas d’obligation d’être sur place ou à distance, cet aspect devient en effet anecdotique puisque l’on peut connecter, pour illustrer le propos avec un exemple, jusqu’à 150 personnes en salles et 90 personnes personnes à distance peu importe s’ils sont connectés via un PC ou sur smartphone. La question est solutionnée par la mise en place d’un QR Code qui permet à tout le monde d’accéder aux salles virtuelles via leur outil habituel comme Zoom ou Teams. L’idée étant de faciliter la connexion à chaque participant en effectuant le moins de manipulations possibles, où qu’ils se trouvent, peu importe le point de contact qu’ils ont l’habitude d’utiliser

En résumé

On est passé de l’art d’utiliser la méthode d’interprétation consécutive consistant à une prise de note exhaustive avec comme seuls supports, un carnet et un stylo, à la capacité à connecter des centaines de milliers de personnes, au même moment, sur un événement 100% en ligne, en à peine 50 ans.

Le progrès technique de l’interprétation simultanée à distance est saisissant et démontre une nouvelle fois la capacité de l’être humain à faire face aux crises économiques et sociales avec une faculté d’adaptation hors du commun.

La pratique des événements hybrides est en train de s’ancrer solidement dans les habitudes du secteur de l’événementiel. Cela permet d’entrevoir une sortie de crise de façon à intégrer la visioconférence dans le développement des entreprises. Les collaborateurs pourront désormais émettre leurs connexion via l’outil de travail collaboratif qui leur sied tel que Zoom, Teams ou directement via la solution iBridge People. Ce dernier permet à chacun d’entrer dans une salle de réunion virtuelle afin d’écouter dans sa propre langue et de parler dans toutes les autres.

N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et commentaires sur ibp@ibridgepeople.com